21 septembre 2011

Drapeau rouge sur lîle de la Réunion

Il aura fallu 10 jours depuis ce post pour qu'un nouvel accident mortel survienne à l'île de la Réunion près de la plage de Boucan Canot, à St Gilles (côte ouest de l'île).

"L'accident s'est déroulé en milieu d'après-midi alors que la victime âgée de 38 ans, responsable d'une école de surf, se trouvait dans l'eau en compagnie de plusieurs autres surfeurs selon un communiqué de la préfecture" (AFP).

Depuis, les secours se déploient pour retrouver son corps. En vain, la dépouille restant introuvable à l'heure actuelle.

Le lundi soir, le préfet de l'île prenait 2 mesures immédiates :

- Toutes activités nautiques interdites sur toute l'île dans la bande des 300m dès que la flamme rouge est hissée.

- "Prélèvements" (comprendre "abattage") sous 3 jours de requins appartenant aux "espèces dangereuses et non protégées" - requin tigre, bouledogue et mako.

Voilà pour les faits.

On ne va pas revenir sur les conditions météo de la journée de lundi (forte houle accompagné d'un drapeau rouge interdisant la baignade, soit un surf à vos risques et périls), néanmoins on est en droit de s'interroger sur un certain laxisme quand au suivi des consignes... du moins c'est le sentiment qui prédomine de la part des autorités locales, suivie par une partie de l'opinion publique, à l'encontre des surfeurs réunionnais.

Entre confusion, colère, voire amalgame, la polémique continue, les deux parties se rejetant mutuellement la faute. Les surfeurs pour leur part accusent les autorités d'immobilisme quant aux mesures promises mais toujours inexistantes.

En attendant, la Réunion prend doucement le chemin d'un Seychelles-bis avec traque au requin doublée de pose de filets...


Chose intéressante, Pascal Bach et Marc Soria, deux chercheurs écologues marins à l'IRD (Institut de Recherche pour le Développement) avait proposé, à deux reprises en 2007-2008, un programme d'études des requins côtiers de La Réunion... une proposition non retenue.

"Le besoin de connaissances de l'écologie des requins côtiers n'a jamais été envisagé à sa juste mesure depuis plusieurs années" déclarent-ils aujourd'hui dans une interview publiée par ipreunion.com.

Même son de cloche venant du spécialiste français des requins à l'IRD, Bernard Séret, qui constate qu' "actuellement, nous ne disposons pas des éléments scientifiques pour donner des conseils précis aux autorités" et préconise de "fermer la zone de St Gilles aux surfeurs" tant que les données scientifiques nécessaires ne sont pas récoltées. A lire dans cette interview sur www.clicanoo.re publiée aujourd'hui.

L'IRD sera-t-il enfin écouté ?

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire